The Voice


Lundi 2 décembre 2019. Jean-Louis Murat chante au théâtre de la Madeleine, fort bel écrin de 700 places sis à deux pas de l’église où trois présidents de la République s’inclinèrent devant la dépouille de Johnny Hallyday, ce «héros français». 21 heures, les lumières s’éteignent. L’homme surgit sur la scène accompagné par ses deux musiciens. Fred Jimenez attrape sa basse, Stéphane Raynaud s’installe à la batterie et Murat se saisit d’une guitare douze cordes qu’il ne lâchera pas de la soirée. Le charisme ne s’est pas émoussé, tout en nonchalance. Cheveux longs, rasé de frais, pantalons et veste en blue jean, Murat n’a pas de temps à perdre. Il attaque aussitôt. Et c’est du costaud. Ça ondule, ça s’élève, ça tranche, ça groove sévère, ça vous capture, ça vous conquiert et ça vous recouvre le cœur, l'âme et le corps comme le lichen sur son rocher. Après une demie heure de blues taillé à la serpe, qu’un art poétique rend unique dans le paysage de la chanson française, Murat, chevelure humide, tombe la veste. «I’m still alive» assure son t-shirt. Alors, l'Auvergnat, de son timbre de miel, demande à Stéphane Raynaud: «Joue un truc pépère… Un truc vraiment pépère... On ne va pas réveiller Brigitte Macron!» Le palais de l’Elysée se trouve à portée. Ce sera son seul aparté. Pas de tatouage à la con sur ses bras de bêcheur, pas d'énormes bagouses aux doigts pour jouer les rockeurs, Murat n’a rien d’un roc, c’est un pays, irrigué de sources anciennes. C'est un maitre d’élégance et de sensualité. C'est un musicien exceptionnel doté d’une voix sans nulle autre pareille. Et c’est sur une version galactique de son dernier chef-d’œuvre en date, Je me souviens, qu’il quittera la Madeleine sans trémolos. Le génie de Murat rend péremptoire. Son pouvoir peut vous faire affirmer, sans qu’on n'en doute une seconde, qu’à côté de lui, tous les chanteurs français sont des nains. Tous. La vérité n'est pas loin.

Baptiste Vignol


Angèle au Zénith


Qu’elle fût entourée par les six danseuses qui l’accompagnent sur sa tournée triomphale (et qui ajoutent au show un fil quasi pictural) ou bien qu’elle chantât seule debout derrière son piano Rhodes devant six milles spectateurs, Angèle, avec une aisance désarmante, occupa, ce dimanche 1er décembre 2019, la scène gigantesque du Zénith que des éclairages sobres et limpides habillaient comme un décor de science fiction. Deux musiciens seulement, un batteur et un claviériste, assurèrent le job avec l'efficacité d’un groupe lancé au galop. Et les hits s’enchainèrent (La loi de Murphy, La thune, Perdus, Tout oublier, Flou, Je veux tes yeux – incroyable chapelet de succès qui figurent tous sur un seul disque, BROL, quand tellement d'autres «stars» ne comptent pas autant de tubes après trente ans de carrière...), repris par une foule en prière qui connait par cœur toutes les chansons de l’idole. Le Zénith parisien, dans ces cas-là d'intense communion, s’impose comme un temple idéal. Le vaisseau de mille espérances. Et d’une liesse prometteuse. Avant Balance ton quoi, Angèle, d'une phrase, précise: «J’espère que cette chanson sera bientôt passée de mode.» Pas de discours ni de tribune. La grande force d’Angèle, rester simple, naturelle et concise, tout en ne cachant rien du vertige qu'elle éprouve face au phénomène qu'elle est devenu. «Être une star, c’est ne pas l’être » disait Charles Aznavour. CQFD.

Baptiste Vignol