Une polémique à deux balles


Depuis la fin du mois de juin, des médiocres lui cherchaient des poux. Et l’accusaient de plagiat. Carrément. Parce que la musique de Damn dis-moi est en partie inspirée d'une boucle musicale disponible et libre de droits. Assez pour fâcher les grincheux, les donneurs de leçon, les internautes frustrés qui trouvent, c’est toujours agaçant, en Héloïse Letissier le feu d’un talent qu’ils n'auront jamais. Déjà consacrée par la une du mythique magazine américain Times qui la voyait en octobre 2016 parmi celles et ceux qui sont en train de refaire le monde, elle vient d'obtenir, le 23 juillet, celle du New York Times ! Sans jamais mentionner le moindre plagiat, le quotidien souligne, avec admiration, l’audace artistique de la Française. Serait-ce suffisant pour éteindre l'incendie? Même pas, les suspicieux, à court d’arguments, parlant alors de « bad buzz », d’opportunisme… Comme si Chris(tine and the Queens) pouvait jouir d’un « bad buzz »… Ce sont les rappeurs à la con ou les chanteurs en perdition qui espèrent ces dérapages-là. Chris n’a pas besoin d’une quelconque rumeur négative pour assurer sa publicité : le monde la regarde. Pourtant, dans un long tweet publié le 13 août, elle a tenu à s’exprimer sur cette polémique parce qu'elle lui donne en vérité l’occasion d'aborder, pour une fois, en profondeur, sa démarche artistique. Parlant de collage, de réécriture, d’esthétisme, de récupération dans la pop music, Chris rappelle : « C’est la bonne idée qui prévaut, c’est la mélodie catchy, c’est l’intelligence du bon geste au bon moment. » Concernant le sampling sur lequel se base Damn dis-moi, et dont elle aura finalement préféré ne pas souligner l’existence dans les crédits du morceau, elle explique, posément : « J’ai aimé le coup de poker, le danger, j’ai aimé l’idée qu’on puisse se rendre compte que ce qui avait été utilisé pour faire un single radio se trouve à la portée de tous. » Les sceptiques, c’est évident, y verront une mauvaise élève qui cherche à se raccrocher aux branches de l’arbre à palabres. « Je ne fais pas ce métier pour le high éphémère des petites gloires, leur répond-elle, c’est la rage qui me fait avancer, le frisson de passer la main dans la flamme. » Si l’argument ne pourra pas convaincre ceux qui sont tout juste capables d’allumer un briquet, il dévoile en vérité une tendance hyper actuelle. Ce frisson de « passer la main dans la flamme », de se brûler, de prendre le risque grisant de se faire démasquer (alors qu’en plongeant son inspiration dans un pot de confiture, la chanteuse n’a blessé ni volé personne) met à jour une créatrice qui ne fait que suivre avec malice les règles du jeu d’une époque dont elle est devenue, que ça plaise ou non, par la seule force de son univers, une reine. Pour clore le débat, la voilà, ce 16 août, qui revient avec 5 dollars, troisième extrait de son prochain album, comme un direct balancé à la face des trouble-fête et que les fans s’échangeront avec légèreté comme on lâche, dans nos sociétés d’abondance, un billet contre un peu de rêve.

Baptiste Vignol


Naturaliser James Corden, et vite!

(James Corden et son invité, chantant Let it be)

Le problème de la chanson française, de son avenir, n’est pas la qualité de ses auteurs, de ses compositeurs, de ses interprètes, c’est l’âge de ceux qui sont censés la promouvoir, aux yeux comme aux oreilles du grand public. Comment espérer que les kids du pays ne la trouvent pas ringarde, dépassée, poussiéreuse et bavarde lorsqu’elle est défendue par d'indéfectibles barbons obséquieux ou de jeunes quinquas vanneurs, le tif savamment décoiffé, qui s’écoutent – c’est le pire – davantage poser leurs questions qu’ils ne font attention aux réponses des artistes… Inutile de s'attarder sur la cérémonie des Victoires de la Musique, totem de la grand-messe la plus assommante qui soit. Place à la relève, enfin! Aux passionnés qui vibrent encore et connaissent leur sujet, son histoire, ses nouveautés. Une émission britannique fait un carton sur le Net depuis sa mise en ligne le 22 juin 2018 (100 millions de vues en un mois), avec pour invité Paul McCartney, ce génie absolu, ce dieu vivant, ce Mozart de la pop pour qui certains cinglés n’hésitent pas à se coltiner 24 heures de vol en bétaillère et prendre 12 heures de jetlag dans les cernes afin d'aller l’écouter en prière à Auckland, Nouvelle-Zélande. Voir McCartney live dans le plus beau pays de monde… Et mourir tranquille. Présenté depuis 2015 par James Corden, londonien de 39 ans, The late late show se déroule dans l’habitacle d’une voiture familiale. Tout bête. Corden est au volant et interviewe la star du jour avec une simplicité, une gaieté, une curiosité merveilleuses. Surtout, Corden connait à la perfection le répertoire de ceux qu’il interroge, ce qui permet évidemment des relances, des confidences et des moments de complicité rares et délicieux. Un peu de culture, d'écoute et d'humilité, voilà ce qui manque à nos animateurs, plus soucieux de leur image, et de leur coupe de cheveux, que de ce qu’ils pourraient tirer des artistes, s’ils s’oubliaient un peu.

Baptiste Vignol


La voie de Barbara


MAGNETIQUE est le titre de son sixième album. Il n’a rien de mensonger. Comme l’aimant, la voix de Barbara Carlotti attire invinciblement. Elle enchante, elle conquiert l'attention. Quant aux chants magnétiques que la Parisienne propose, ils ont la spontanéité et la bizarrerie des choses surréalistes. Ses divagations oniriques diffusent un fluide envoûtant, une influence mystérieuse, un rayonnement obsédant. Des gouttes de lumière qui descendent, ondulent et s’envolent. Pas facile d’évoquer l'univers languide, énigmatique, fantastique, insolite et osé dont la chanteuse, telle Philotès, se fait déesse au bord du vide. « Je cherche un goût de sable gris / De sperme, de sang et de vomi / Pour ne pas tout à fait mourir! » (Paradise Beach). Carlotti chante le plaisir. Elle l’étudie, s’y engouffre et le fait avec une sensualité dénuée de tout maniérisme. « Viens dans ma chambre que je t’explique / Je suis sûre que tu apprécieras » lance-t-elle, velours, dans Phénomène composite. Oh la promesse ! Inutile d'inspecter le livret du CD, pas d’adresse ni d’email pour répondre à l’invitation. Dans Voir les étoiles tomber, elle confie d’une voix lactée : « J’ai trop de feu, trop de violence, trop d’énergie, / Trop de désir, trop de peur / Et j’ai l’impression que si j’arrive pas / A canaliser tout ça / Je vais me consumer d’un coup / Mon cœur va lâcher… » Enfin, telle une cavalière aguerrie, elle détaille, dans La Beauté du geste, ses passe-temps intimes… « Moi j'aime les sports équestres !» L’inspiration méandrique de Barbara Carlotti fascine par son sens de l'oblique. Six ans après L’AMOUR, L'ARGENT, LE VENT (l'un des plus beaux disques de la décennie), la chanteuse, avec MAGNETIQUE, demeure au sommet de l’élégance française.

Baptiste Vignol


La blondeur des dunes


Apprendre dans Vanity Fair qu'Angèle serait « née » d'un featuring sur le morceau de son frère Roméo Elvis, J'ai vu, qui précéda les trois singles brodés d'or (La Loi de Murphy, Je veux tes yeux, La Thune) de la Bruxelloise. « Ma sœur a mis sa voix sur la prod, ça me calme / Papa écoute le son avec le sourire / Maman écoute le son avec le casque et le mal s'évapore... » Tenter d’imaginer la fierté de Marka, de leur mère… La voix d’Angèle semble venir de si loin… Un souffle chaud, une haleine caressante, qui vous enveloppe, vous apaise et se disperse dans l'air. Un message mystérieux porté par un invisible vent du sud qui pourlèche en les ciselant les dunes blondes et mouvantes du Sahara. Vague de frisson.

Baptiste Vignol

Zazie speede


Ne pas méjuger l’eau qui dort. Après deux saisons de professorat qui en auront déboussolé plus d’un, et quelques disques nébuleux, Zazie revient, allez hop, avec un single, Speed, qui s’impose comme un modèle du genre. Se méfier de la poudre, des compositions fusantes. En parlant à son cœur dont elle fait un personnage (« Je te sens battre au fond de moi / T'es pas tout neuf mais pas si vieux / Non, t'es flambant vieux »), ainsi que Jacques Brel s'adressait dans Mathilde à ses bras et ses mains (« Et vous mes mains, ne tremblez plus / Souv'nez-vous quand j'vous pleurais d'ssus… »), Zazie jaillit des abysses avec un hymne à l’amour éclatant de rage, de soif et de désir. Speed est une chanson volante. Elle agit comme une fusée, qui s’échauffe piane-piane, bouillonne, fend l’onde dans une gerbe d'écume, s’envole et finit sa course céleste avec incandescence. Que c’est beau une fusée qui illumine la nuit. Rarissimes sont les chansons françaises dont le tempo s'enflamme avec une telle évidence. Speed est un voyage. De trois minutes et trente secondes. Zazie n’a rien perdu de sa vélocité.

Baptiste Vignol


Angèle buzze


« Photo sur Insta' c’est obligé / Sinon au fond à quoi ça sert? / Si c’est même pas pour leur montrer... » En à peine huit mois (après La loi de Murphy et Je veux tes yeux), Angèle, qui n’a toujours pas sorti son premier disque, vient de balancer sa troisième bombe pop, et met la concurrence aux abois… « A quoi bon? / T'es tout seul devant ton écran / Tu penses à c'que vont penser les gens / Mais tu les laisses tous indifférents...» Magistral. Combien de chanteurs qui s’étalent sur «Insta'», s’inventent des looks de gonz loufoque alors qu’ils sont presque quinquas, s'autocitent en exemple, se présentent en anglais (l’impayable « songwriter » qu’on voit fleurir ici et là – t’écris des chansonnettes mec, c’est déjà ça, laisse le songwriting à Macca et Elliott Smith) ou bien publient leurs dessins à la con sous des averses de like en toc, se dandineront cet été, un verre de spritz à la main, sur cette nouvelle perle d’Angèle, aussi juteuse qu’une pêche blanche? Si La Thune et son clip tapent dans le mille, c’est parce que cette chanson sucrée regorge d’humour, de finesse et d’autocritique : «Au fond j’avoue que même moi / Je fais partie de ces gens-là / Rassurée quand les gens ils m’aiment… » Imparable. « Pourquoi Instagram rend triste? » demandait récemment le site Clique TV à deux médecins spécialistes des réseaux sociaux. « Je vais essayer de faire simple…, répond l’un d’eux. À chaque fois qu’on mange du chocolat, qu’on fait l’amour ou qu’on regarde un bon film, le cerveau sécrète de la dopamine (l’hormone du bonheur) qui provoque une sensation de bien-être. C’est la même chose avec Instagram. Le cerveau est programmé pour rechercher le plaisir, sauf que là, il se fait avoir. Le cerveau croit voir des choses qui lui font du bien, alors que ce qu’il voit ne le nourrit pas. Ce manque crée le sentiment de déprime. C’est comme une descente de drogue, un peu. » Cette plate-forme de l’autosatisfaction permanente qui vient d’atteindre le milliard d’utilisateurs aura tout de même inspiré à la plus désirable des jeunes chanteuses francophones une espièglerie pétillante dont la seule nocivité, au fond, sera de rendre ses fans définitivement accrocs. Un million de clics en trois jours.

Baptiste Vignol


Dandy moderne


La Reine Christine est de retour, les cheveux courts et le sourire sexy, armée d'un clip spectaculaire pour annoncer la sortie en septembre de son deuxième album qu’elle promet « plein de sueur ». Avec une discrétion dont devraient s’inspirer ses épigones sacrés stars médiatiques avant même que d’avoir été vedettes populaires, qui s’expriment à tout-va, distribuent les bons points et les satisfecit, tout en se glorifiant sans rougir d'aérer la chanson française, Chris avait disparu des radars. Où était-elle? Dans sa cave, dit-elle, pour écrire des chansons dont l’ampleur étouffe déjà la concurrence. Hier soir, au JT d’Anne-Sophie Lapix, elle édifiait son come-back. Délicate, simple, drôle, libre, humble et sensuelle dans sa chemise noire grande ouverte, laissant, telle une Jane B des temps présents, deviner la rondeur d'un sein pale. Si le romantisme ambigu d’Etienne Daho fit tomber la France des années 80, Chris, à l’échelle des cinq océans, fascine tout un monde plein de rêves dont l’Etoile polaire a pour nom Délivrance. Son secret? Sa différence? Être libre, authentique, sobre et mystérieuse. Française aussi ?

Baptiste Vignol