Un espoir dans l'arène


Drôle d'impression. Celle d'entendre des maquettes majestueuses, chantées à la perfection et mises idéalement en musique, sur des paroles bidon. Juliette Armanet a tout pour elle, la voix, l'aisance, le sens de l'aventure, le génie (le mot n'est pas trop fort) de la composition – bien qu'hyper référencé – et l'art de l'emballage... L'aura aussi. Il suffit de la voir à son piano pour lui trouver toutes les qualités de l'artiste majuscule. Sauf que ses textes, pour la majorité (exceptés Cavalier seuleAlexandre, Manque d'amour et La Carte postale), étonnent par la faiblesse des rîmes, l'étroitesse du propos, la banalité de l'approche. Impossible de ne pas penser que le premier auteur venu aurait pu les signer. Alors bien sûr, une bonne chanson, c'est l'osmose des mots, des notes et de l'interprétation. Bien sûr, ce qui compte souvent dans la «pop music», c'est la voix et la mélodie, quand, mêlées l'une à l'autre, elles font jaillir l'émotion. Mais Bécaud, Christophe, Polnareff, Dutronc, Clerc ou Bashung se sont toujours entourés de paroliers haut de gamme (Amade, Delanoë, Vidalin, Aznavour, Lanzman, Bergman, Roda-Gil, Dabadie, Dréau, Fauque ou McNeil), qui sont aussi les piliers de leurs Œuvres. Tout comme Étienne Daho, chanteur pop s'il en est, n'a jamais manqué de ciseler ses textes, qu'ils soient profonds ou ne visent que l'épiderme des choses. Le poids des mots. Qui garantie l'éternité. Après s'être immergée dans l'univers de Véronique Sanson (qui d'ailleurs s'est déclarée très fière de Juliette – à quel titre ? C'est sa mère ?) et de Michel Berger, il lui reste désormais à se plonger dans l'indépassable poésie de Barbara. Ça tombe bien, c'est son année. Disques, expo, livres et spectacles vont remettre la Dame au sommet. Ainsi que ses mélodies, splendides, indémodables.

Baptiste Vignol

Chanteurs pour dames


«Je n'sais pas trop c'qu'en pense ma femme / Mais j'voudrais être chanteur pour dames»… Dans un monde normal, Vianney, Pokora et Julien Doré se feraient du souci car le garçon qui se confesse ici possède sans forcer le talent des trois playboys réunis. Pourtant, même s'il doit prendre patience («Je suis chanteur à mi temps / En attendant l'heure du succès», constate-t-il), Lafayette – et c'est là que le bât blesse la chanson française – ne jouit pas du centième de l'attention médiatique dont on tartine ses confrères. Un peu comme si, à l'époque, Adamo n'avait jamais du quitter l'ombre d'Alain Barrière, Alain Souchon celle de Ringo, comme si Étienne Daho avait du rester à vie derrière Jean-Luc Lahaye ou Benjamin Biolay être condamné à faire les chœurs de Patrick Fiori. Le succès quand même, cette chimère. Il n'en reste pas moins tragique de voir à quel point des types aussi riches et brillants que Séverin, Arman Méliès, Ludéal, Baptiste W Hamon, Alister ou Frédéric Lafayette (qui sort une nouvelle version de son premier album, auréolée de titres inédits, dont Chanteur pour dames, cette complainte néo-réaliste) demeurent soigneusement tenus éloignés des oreilles du pays. Que de chansons perdues, de disques avortés, de carrières qui patinent alors qu'ils devraient faire tourner à plein régime le réacteur central des Variétés. Qu'écouteront nos enfants ? La question devient essentielle.

Baptiste Vignol

La Folle-Fontaine


Des images nous arrivaient. D'elle, dans un monastère. Recouverte d'un tissu. Décoiffée par le vent. Charnelle et vivante. Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça. Rester moderne dans de vieilles pierres. Dont la surface est mouchetée d'un lichen sombre. Se souvenir de la Roche-Charles... Ne pas chanter pour tromper ses regrets ni remâcher ses rêves. Mais pour dire ce que nous sommes encore, sans tics, d'une voix saine. Ancrée dans le domaine laiteux des choses intemporelles. En résistant à la sécheresse, au gel comme aux grandes chaleurs médiatiques qui ne sont que bulles de savon, ces gens-là nourrissent la chanson. Intempestifs, hors les modes. Si loin des menus applaudissements du Bottin. Les mijaurées peuvent donc aller se recoiffer. Et les pignoufs boutonner leur chemise. Camille est de retour.

Baptiste Vignol

Le pouvoir d'une chanson


Les Francofolies ouvraient hier, 10 mars 2017, un nouveau chapitre de leur histoire en créant une édition du festival sur l'île de La Réunion. Et pour lancer les festivités, Jane Birkin chanta «Serge», of course, accompagnée par l'Orchestre de la Réunion et le pianiste Nobuyuki Nakajima. Bien sûr, a priori, on pourrait croire qu'on en a soupé du Gainsbourg, que rien n'égalera jamais l'original et que Jane, il fallait la voir au Bataclan, en 1987, lorsqu'elle triomphait avec Quoi, et qu'elle reprenait chaque soir, boulevard Voltaire, Avec le temps dans une version à faire passer Léo pour un clown. Concert dont la mémoire est encore couronnée d'or... Si Birkin a remplacé le standard de Ferré par Pull Marine (pas franchement réussie), ajoutant également à son répertoire la déchirante Amours des feintes qu'elle n'enregistrera qu'en 1990, les chansons présentées, trente ans après le Bataclan, sont à peu de titres près resté les mêmes. À la fin du concert, quand Jane Birkin eut regagné l'ombre des coulisses, l'orchestre joua La Javanaise, et le public se mit à chanter le refrain. D'une seule et superbe voix. «Nous nous aimions / Le temps d'une chanson...» Instants magiques en ces mois pathétiques d'élections outrageuses où chacun espère en ne pensant qu'à lui... Combien étaient-ils sous la lune? 3000 peut-être. Sauf qu'on avait l'impression d'être au cœur d'une foule de 50.000 volontaires. Alors Birkin est revenue accompagner le public. Ici, derrière et là, de jeunes gens pleuraient. 
Pour la seule grâce de ce moment, il fallait que les Francos jettent l'ancre à La Réunion.

Baptiste Vignol


Charismatique idole


— S'agit-il du nouvel album de Rose Laurens dont on n'avait plus de nouvelles depuis la sortie de L'ABSENCE en 1990 ? Beau disque d'ailleurs auquel participaient Francis Cabrel et Jean-Jacques Goldman.
— Non.
— De Desireless alors, qui aurait convaincu Jean-Michel Rivat de reprendre le chemin des studios !
— Non. 
— Et si c'était une compile d'inédits enregistrés en 1986 par Julie Pietri dans la foulée d'Ève, lève-toi ? Il suffit simplement d'écouter Un autre que moi !
— Non plus...
Donner sa langue au chat et découvrir sur la pochette du CD le visage d'une jeune femme, toute en sourcils. Le nez long domine le portrait. Ses yeux clairs ont l'éclair du lièvre surpris dans le collet…


Son nom ? Fishbach. Vous n'aurez pas à déployer de grands efforts pour le retenir puisqu'il s'imposera de lui-même, cloué s'il le fallait par le clip d'Y crois-tu (comment ne pas imaginer l'agacement ressenti par Mylène Farmer quand elle l'a découvert ?) et 17 sera son année. Après, nous verrons bien... Reste pourtant ce constat: ce qu'on nomme désormais pompeusement de l'«électro-pop» pour qualifier la musique d'une chanteuse qui, lit-on dans les Inrocks, «évolue en toute liberté», n'était aux temps glorieux d'Étienne Daho, de Niagara et des Rita Mitsouko que de la «variétoche». Le médiocre de jadis serait donc la crème du moment. Lorsqu’ils consentent à parler de chanson française, les critiques aujourd'hui ont la légèreté du quinze tonnes. Manquant de culture, ils prennent leurs enthousiasmes pour de la vérité pure.

Baptiste Vignol

En tous points parfait


Il porte un joli prénom, Baptiste «Winchester» Hamon. Et son premier album, L'INSOUCIANCE, renvoie, grâce à la beauté de sa voix, chaude et réconfortante, l'aube du vieux rêve américain qui fait de nos vies un miroir où les espoirs de grands espaces, d'amours pâles et de liberté se peignent un instant avant de finir, toujours, par glisser. «Danse ma belle / Nous ne faisons que passer…» chante-t-il dans Joséphine qui lance le disque avec l'efficacité d'une tornade. Dans le genre country-folk, le répertoire français comptait-il pareille réussite, où tout rayonne parfaitement l'Amérique du terroir et l'été en pente douce? Le jeune trentenaire a enregistré son disque à Nashville avec des musiciens du cru, et ça s'entend! Baptiste Hamon n'est pas Lilian Renaud, alors, au fil de ces onze chansons à l'impeccable poésie (le choix des mots, les images), l'on verra passer Wagner, Kropotkine, Faulkner, Alan Seeger, Catherine Deneuve et Marlon Brando sans que cela ne verse jamais dans le name dropping. Avec Terpsichore (muse mythologique de la danse), Hamon – ou l'amant qu'il incarne – recense ses conquêtes: «J'ai pris les seins de Diane / Touché les jolies joues de Flore / Mais ce qui ranime ma flamme / Ce sont les pieds de Terpsichore…», et c'est délicieux! «Ses pieds de diamant rose / Qui passent et qui me frôlent / Comme une hypnose»… Dans It's been a while aussi, qu'il interprète en anglais et en duo avec la très belle Caitlin Rose, Hamon, ça n'est pas qu'un détail, parle d'un certain John Prine («I got Paris and John Prine on my mind / Still feeling blue…»). Comment ne s'agirait-il pas du moustachu de l'Illinois dont l'album THE MISSING YEARS demeure un soleil qui jamais ne se couche? Ouais, Baptiste W. Hamon sait de quoi il chante. Il fait aussi partie de ceux qui, sans frime, colorent la chanson avec une admirable luminosité.

Baptiste Vignol


«La défaite de la culture aux Victoires de la musique», par Vincent Baguian

Si son talent d'auteur-compositeur-interprète (il fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros) équivaut sa droiture et sa générosité, Vincent Baguian ne manque pas non plus de courage. Parolier de comédies musicales à succès, il aurait en effet toutes les raisons de se taire... Mais puisque chanter en français signifie encore quelque chose pour ceux qui aiment cette langue, la richesse de ses mots, l'émotion qu'ils suscitent, cet article sur les Victoires de la Musique, que — et il faut s'en réjouir – de moins en moins de Français regardent (diffusée sur France 2, la cérémonie s'est classée derrière les programmes proposés par TF1 et M6...), dépeint l'état de la grande Variète actuelle, celle dont on voudrait nous faire croire qu'elle incarne la chanson francophone... Où étaient donc, vendredi soir, Maissiat, Christophe, Emily Loizeau, Jean-Louis Murat, Ludéal, Séverin, Jeanne Cherhal, Lafayette, Nina Morato, Bertrand Betsch, Jacques Bertin, Christine Salem, Serge Lama, Zazie, Dorémus, Charles Aznavour, Arnold Turboust, Lynda Lemay, Bazbaz, Michèle Bernard, Alister, Clarika, Francis Cabrel... pour leurs disques, concerts exceptionnels ou tournées de l'année 2016?

*


Tous les goûts sont dans la nature. Alors inutile de discuter les nominations et le palmarès de ces Victoires de la Musique 2017. Le métier s’attribue des prix avec la certitude de sa légitimité professionnelle souvent tellement éloignée des préférences du public; et ce cortège vertueux d’érudits vote selon les habituelles lois des pressions, arrangements, cooptations, j’en passe et des meilleures. Après tout, on a bien le droit d’aimer regarder Julien Doré plaquer des accords de piano convenus avec des airs de virtuose, tout en répétant à l’envi avec tant de « simplicitude » d’une voix de plus en plus nasillarde, que « le vide aurait suffi » (et là, je suis d’accord!). Il est également possible de ne pas s’inquiéter de voir Vianney se coincer les cordes vocales dans d’impitoyables râles en promettant «Je m’en vais»… Tout en restant là. J’avais adoré le premier album de Vianney. Je n’étais pas seul et dans un désert musical évident, il fut repéré comme une oasis et encensé comme une église arménienne. Mais la consécration prématurée n’est pas un cadeau pour un jeune artiste. Quand, sans avoir eu le temps de grandir, il faut inlassablement se préoccuper de se montrer à la hauteur, on est condamné à faire des sauts de cabri pour tenter de toucher les étoiles que l’on vous octroie. Dans ce numéro de cirque, l’essentiel passe à la trappe et l’on oublie qu’il conviendrait seulement de se nourrir et de prendre, lentement, sans précipitation, sans lasser, sans s’essouffler, de l’envergure. Mais c’est surtout de l’arrière goût dont je voulais parler. Celui amer de ma langue natale que l’on balance à l’égout. Je passe rapidement sur l’indigence du texte de MHD, écrit avec les pieds (ses plus grands fans sont les joueurs du PSG, il y a une logique). On peut continuer avec Jul qui épate les animateurs de la soirée par son stakhanovisme désolant. Il a composé plus de 300 titres en trois ans, on l’applaudit. À ce compte là, mon fils, qui est encore en maternelle, fait mieux. Il invente une chanson par jour avec des textes qui dépassent en poésie et en originalité ceux du rappeur marseillais. C’est vrai que se contenter de phrases aussi philosophiques que « je suis comme tout le monde j’ai des défauts et des atouts », ça permet d’aller vite. Par bonheur, l’auto-tune, poussé à son maximum, a le mérite de rendre l’ensemble incompréhensible. Une sorte de sursaut de conscience de la part de l’interprète, peut-être. Je me souviens d’une blague en forme de question: 
–Quelle est la différence entre Didier Barbelivien et Georges Brassens ?
–Didier Barbelivien a écrit plus de 2000 chansons et Brassens à peine 200. 
Voilà. Pourtant, comme un prisonnier enfermé dans un caisson où l’oxygène se raréfie, j’essaye d’aspirer chaque bribe de français, même frelaté, comme une bouffée salvatrice. Et quand Amir entonne « Tu m’as comme donné l’envie d’être moi », je tente d’excuser l’auteur de la chanson qui commet certainement cette faute grossière par fatigue, absorbé qu’il devait être dans les méandres de Google traduction, afin de concevoir un refrain anglais qui tienne debout (ouh! ouh! ouh! ouh!) pour enchanter l’Eurovision. 
Le plus indigeste, le poison, n’était pas encore parvenu à mon cerveau, mais quand il fallut admettre que la finance avait définitivement gagné, et que notre joli dialecte passait après les intérêts des Majors internationales. Quand dès la première nomination, celle des Clips, je découvrais qu’aucun des trois titres sélectionnés n’était chanté dans ma langue maternelle, je fulminais. Deux des trois artistes féminines de l’année chantaient en anglais également. Idem pour les hommages à Bowie, Prince, Léonard Cohen (que j’aime, là n’est pas la question) alors que se sont éteints il y a quelques semaines Pierre Barouh, Frank Thomas, Robert Nyel, auteurs de dizaines de tubes français incontournables de notre patrimoine pour et dans le désordre, Henri Salvador, Claude François, Juliette Gréco, Bourvil, Joe Dassin, Stone et Charden, Michel Jonasz, Patrick Juvet, Piaf, Montand... Mais il faut vendre avant tout et le plus possible. Partout. Quitte à y sacrifier sa langue maternelle et donc sa propre mère. «All clap your hands», voici les mots du refrain indispensable d’Imany. Effectivement, tapez dans les mains. En nominant et récompensant des artistes qui oublient notre langue pour permettre d’attaquer des marchés plus vastes, les professionnels savent exactement ce qu’ils font. Ils montrent la voie à ceux qui suivent et leur indiquent la ligne directrice s’ils veulent briguer la place. C’est scandaleux, c’est immoral, c’est dégueulasse. Vous êtes des vendus. J’ai toujours au fond de moi la conviction que les vrais artistes sont des révoltés, des résistants. N’écoutons pas les voix de ces Victoires qui nous poussent à la perte de notre identité. Et comme il semble que ce soit une langue que vous affectionnez, chers fossoyeurs, je n’ai plus qu’un mot à vous dire. Fuck!

Vincent Baguian.