Ne leur déplaise


Après Polin, Dranem, Mayol, Ouvrard et Fernandel, tous devenus des super vedettes avec leurs «chansons idiotes» (Le petit objet, Viens, Poupoule, Ah! les petits pois, Le Jardinet de ma voisine, Le trou de mon quai, Je n'suis pas bien portant…), Julien Doré a su mieux que personne relancer la mode du comique troupier, troquant l'uniforme pour la tenue du garçon de plage tout en cheveux et tatouages. En effet, désormais, son apparition, sa démarche, sa coiffure déclenchent presqu'à elles seules l'hilarité. Même si l'on se dit finalement que l'originalité aujourd'hui, c'est de ne pas être tatoué du tout. Mais là n'est pas le sujet. En chantonnant La Javanaise en japonais (parait-il), comme on ferait des bulles de bubble gum, les mots plein la bouche, Julien Doré reprend le flambeau de la parodie abandonné par les Inconnus après leur imitation d'Indochine («Isabelle a les yeux bleus / Bleus, les yeux, Isabelle a…»). C'était encore plus rigolo, certes, mais la nouvelle star est franchement sur la bonne voie. 
– Dommage qu'il s'aime si fort, râleront certains. (Ça, c'est la faute aux critiques qui l'idolâtrent et trouvent une lecture décalée, ce mot imbécile, dans tout ce qu'il propose…) 
– Et qu'il grimace autant, regretteront les autres. 
Mais il y aura toujours à redire sur Doré… C'est pas si facile d'être drôle. Laissons-le travailler! Il deviendra, vous verrez, le Carlos des années 2020. Et c'est un compliment. Big bisou.

Baptiste Vignol